· 

Miss

Titre : Miss

Réalisateur : Ruben Alves

Bande annonce

Genre : Comédie

Durée : 1h47

 

 

 

Pour la petite histoire :

 

J'avais repérée la bande annonce de ce film un peu avant le premier confinement, bien qu'il m'ait fallu attendre quelques mois de plus, sa sortie ayant été décalée. Je trouvais l'idée belle et originale. Un film LGBTQI+ qui propose une comédie au lieu d'un drame social (pourquoi toujours associer le drame à cette communauté ?) et qui parle d'adultes plutôt que d'adolescents. J'y suis allée avec l'espoir d'y trouver une jolie histoire, pleine d'humour et d'humanité.

 

 

Résumé du film :

 

Alex, petit garçon gracieux de 9 ans qui navigue joyeusement entre les genres, a un rêve : être un jour élu Miss France. 15 ans plus tard, Alex a perdu ses parents et sa confiance en lui et stagne dans une vie monotone. Une rencontre imprévue va réveiller ce rêve oublié. Alex décide alors de concourir à Miss France en cachant son identité de garçon. Beauté, excellence, camaraderie... Au gré des étapes d'un concours sans merci, aidé par une famille de cœur haute en couleur, Alex va partie à la conquête du titre, de sa féminité et surtout, de lui-même... 

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

À mon sens, Miss est d'abord une comédie très réussie. Tous les moments d'humour ne nous sont pas lâchement balancés dans la bande annonce, le film nous tient en haleine de bout en bout, les personnages sont touchants, il y a du glamour, du cocasse, du tragique et des rires.

 

C'est un film qui a aussi pour but de nous parler de choses plus sérieuses, forcément, mais sans tomber dans les stéréotypes et les clichés. Au lieu de nous sortir un discours fortement attendu sur la trans-identité et ce qui peut graviter autour de cette thématique, on nous parle d'Alex, de son histoire, de ses peurs, de ses doutes, de ses gloires et ses échecs, à lui. Miss nous raconte Alex, dans ce qu'il a de singulier certes, mais aussi dans ce qu'il a de drame universel : la perte de ses parents. J'ai vraiment apprécié ça, que la thématique principale ne fasse pas disparaître le personnage, qu'elle soit seulement là pour lui servir.

 

D'ailleurs, à propos de personnages, j'ai trouvé ceux de ce film vraiment fantastiques. Les rôles secondaires se surpassent les uns les autres. Chaque personne qui nous est présentée a une histoire, du caractère, une identité, mais épouse son rôle souvent attaché à un cliché sans jamais entièrement s'y conformer. Je mentionnerais en particulier Lola, joué par Thibault de Montalembert (que personnellement je ne connaissais pas), un homme transgenre qui se prostitue pour vivre, mais surtout une personnalité drôle et féroce, autant que touchante et fragile. Il y a également Amanda, interprétée par Pascale Arbillot, qui a conquit mon cœur. En charge de la supervision des miss, elle est une femme énigmatique, intelligente et déterminée, portant ses valeurs, dans ce monde de femmes qu'on voudrait facilement croire factice et superficiel. Le reste du casting n'est pas en reste, je les ai tous aimés, les émotions étaient là, du rire aux larmes.

 

Au final, c'est le jeu d'Alexandre Wetter que j'ai trouvé un peu plus faible par rapport à ceux des autres acteurs. Il semble souvent perdu, légèrement à côté de l'émotion qu'il faudrait faire passer... Toutefois, son magnétisme à l'écran m'a convaincue de ne pas trop y prêter attention et de me laisser emporter par son histoire.

 

Si je dois parler de l'intrigue, je dirais qu'elle se tient, que c'est ce qu'on peut attendre en imaginant ce qu'on va trouver dans ce film. On suit le contexte précaire et particulier d'Alex, en opposition avec sa vie de miss entre galères et moments de gloire. J'ai particulièrement appréciée la fin, concise mais efficace et surtout que je n'avais pas vu venir. Je ne savais pas trop ce que je souhaitais y trouver, mais je n'ai pas été déçue, c'est certain !

 

Quoi qu'il en soit, ça fait plaisir de trouver enfin un bon film français, loin des comédies potaches, racistes ou homophobes sous couvert d'être drôles, souvent attendues et prévisibles. Le film est peut-être parfois un peu maladroit dans le choix des plans ou dans le scénario, mais au moins il y a quelque chose qui fait vrai et qui est beau.

Écrire commentaire

Commentaires: 0