· 

Maid

Titre : Maid

Création : Molly Smith Metzler

Bande annonce

Genre : Drame

Nombre de saison : 1 (terminée)

Nombre d'épisodes : 10

Durée moyenne d'un épisode : 50 minutes

 

 

Pour la petite histoire :

 

Jusqu'ici, je n'étais pas très familière des suggestions de Netflix... les recommandations directes de la plateforme m'attiraient peu, je préférais largement celles de mes ami.e.s. Toutefois, un soir de liberté, je me suis laissée tenter par cette mini-série (format que je préfère entre tous). Après un petit tour sur Sens critique (ma valeur sûre), qui m'a indiquée que la série était notée à 7,8, je n'ai pas hésité davantage. En plus j'adore Margaret Qualley depuis la fameuse pub Kenzo et sa danse contemporaine loufoque !

 

 

Pitch de la série :

 

Fuyant une relation violente, Alex, une jeune mère devient femme de ménage et se bat pour subvenir aux besoins de sa fille Maddy, dans l'espoir d'un avenir meilleur. Cette série est directement inspirée d'une autobiographie devenu un best-seller aux États-Unis.

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Cette mini-série est avant tout un immense coup de cœur ! J'étais dans cet état où on a envie de tout dévorer et en même temps de ne pas y aller trop vite pour qu'il en reste encore. J'avais le sentiment d'être dans une lecture, je ne sais pas trop comment. À cause du rythme peut-être, de la progression tranquille des intrigues... En tout cas j'ai été conquise par l'histoire d'Alex, même si souvent elle est dure, qu'elle traverse tous types de moments compliqués, la voir se battre et avancer, pas après pas, c'était aussi palpitant que motivant.

 

Du coup, je commencerais par là : Alex, interprétée par la merveilleuse Margaret Qualley. Je l'avais remarquée dans Once upon a time in Hollywood, mais j'ai aimé la découvrir dans cet autre registre. Plus sincère et touchante, toujours juste. Les autres acteurs sont loin d'être en reste. J'ai été surprise de retrouver Nick Robinson dans un rôle plus sombre (je ne l'avais vu jouer que dans Love, Simon), mais qui lui allait tout à fait bien. Et enfin, comment ne pas relever la prestation de l'incroyable et magnifique Andie MacDowell, en mère déséquilibrée, à mi-chemin entre son monde et la réalité.

 

Ce qui m'a vraiment frappée, ce n'est pas tant les acteurs, que la justesse constante des personnages. Que ce soit le jeu ou simplement le scénario, ils sont toujours dans un réalisme pointilleux, qui ne prend jamais ni raccourci ni facilité, pour dépeindre des hommes et des femmes qui essaie de s'en sortir avec leurs démons et dans leurs vies. Pour moi, c'est le plus gros point fort de cette mini-série. Pas de grands méchants, pas de clichés pré-mâchés... mais du réalisme, des parcours, des gens. Qui sont loin d'être parfaits.

 

Forcément, ce qui me touche également dans Maid, c'est qu'il s'agit d'une histoire de femmes. Il y a Alex, bien sûr, mais aussi sa petite fille Maddie, sa mère, Paula, ou encore Regina, l'une des clientes d'Alex avec qui elle nouera une étrange relation. La mini-série nous dépeint la société comme elle est souvent : dominée par la gente masculine, où même ceux qui affichent les meilleures volontés du monde, attendent perpétuellement quelque chose en retour. Je ne dis pas que les hommes sont tous mauvais, loin de là, mais les échanges sont rapidement floués pour une jeune femme isolée, où une main tendue n'est rarement que cela. Toutefois, Alex veut s'affranchir d'eux, et c'est cette quête qui m'a prise aux tripes. Avoir un ou des hommes dans sa vie, c'est très bien, mais ils ne sont pas nécessaires pour pouvoir vivre pleinement sa vie.

 

 

Enfin, ce que j'ai vraiment apprécié dans cette histoire, c'est la façon dont est racontée et représentée la lutte de l'héroïne pour se sortir de ses problèmes, et de l'emprise de son ex-compagnon. Emprise qui est toute en nuance, loin du manichéisme qui peut parfois sembler plus facile. J'ai aimé suivre chacun de ses pas, connaître ses espoirs, ressentir sa détermination, être face à ses hauts et ses bas... et surtout comprendre la complexité de ces situations qu'on s'imagine toujours plus simple depuis l'extérieur. Là encore, j'en reviens à répéter à quel point l'histoire m'a parue racontée avec justesse !

 

Pour conclure, je dirais que Maid est une série inspirante. Elle permet selon moi de comprendre la réalité de ces femmes qui se retrouvent piégées d'un compagnon. Comprendre les enjeux, les failles, chez les gens comme dans le système, les difficultés... et enfin l'humanité derrière chaque être, qu'il nous semble bon ou mauvais. J'ai adoré cette mini-série, je pense que j'aurais adoré tout autant le roman. Que vous soyez plutôt team écran ou team lecture, je vous recommande cette histoire !

Écrire commentaire

Commentaires: 0